Qu’est-ce qu’une agression sexuelle?

Considérées pendant longtemps comme une atteinte à la dignité de la famille ou comme une question individuelle, la violence et les agressions sexuelles sont désormais des crimes. Le Gouvernement du Québec publiait en 2001 ses Orientations gouvernementales en matière d’agression sexuelle. On retrouve à la page 22 la définition suivante :

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pour plus d’informations, vous pouvez consulter les Orientations :

La Direction des communications du ministère de la Santé et des Services sociaux, Orientations gouvernementales en matière d’agression sexuelle (2001), en ligne: msss.gouv.qc.ca ˂http://publications.msss.gouv.qc.ca/acrobat/f/documentation/2000/00-807-1.pdf˃. 

"Compte tenu de la complexité de la problématique ainsi que des nombreux mythes, stéréotypes et préjugés qui l’entourent, il est primordial d’adopter une définition de l’agression sexuelle reconnaissant qu’il s’agit d’un acte de pouvoir et de domination de nature criminelle. L’agression sexuelle est définie de la façon suivante :

 

Une agression sexuelle est un geste à caractère sexuel, avec ou sans contact physique, commis par un individu sans le consentement de la personne visée ou, dans certains cas, notamment dans celui des enfants, par une manipulation affective ou par du chantage. Il s’agit d’un acte visant à assujettir une autre personne à ses propres désirs par un abus de pouvoir, par l’utilisation de la force ou de la contrainte, ou sous la menace implicite ou explicite. Une agression sexuelle porte atteinte aux droits fondamentaux, notamment à l’intégrité physique et psychologique et à la sécurité de la personne

 

Cette définition s’applique, peu importe l’âge, le sexe, la culture, la religion et l’orientation sexuelle de la personne victime ou de l’agresseur sexuel, peu importe le type de geste à caractère sexuel posé et le lieu ou le milieu de vie dans lequel il a été fait, et quelle que soit la nature du lien existant entre la personne victime et l’agresseur sexuel. On parle d’agression sexuelle lorsqu’on utilise certaines autres expressions telles que viol, abus sexuel, infractions sexuelles, contacts sexuels, inceste, prostitution et pornographie juvéniles." (Le souligné est nôtre)

Un crime isolé?

 

Selon les Statistiques de 2013 sur les agressions sexuelles au Québec qui ont été publiées en 2015, 5,526 infractions sexuelles ont été enregistrées par les corps policiers, soit une augmentation de 245 infractions par rapport à l’année 2012. Ainsi, le nombre d’infractions sexuelles atteignait son plus haut niveau en 2013 depuis 2006. Ces infractions regroupent plusieurs délits du Code criminel canadien, notamment les agressions sexuelles, les contacts sexuels ou l’incitation à des contacts sexuels auprès d’un enfant de moins de 16 ans, l’exploitation sexuelle d’un adolescent de 14 à 18 ans et l’inceste. Depuis le 1er mars 2008, elles rassemblent aussi la corruption des enfants, le voyeurisme et le leurre d’un enfant au moyen d’un ordinateur. Cette dernière infraction était d’ailleurs en hausse brutale en 2013, soit de 106,6 % par rapport à 2012.

 

Les infractions sexuelles sont principalement des agressions sexuelles; elles étaient au nombre de 3,855. Quant aux autres infractions de caractère sexuel, elles étaient de 1,671. 80,2 % des infractions ont été signalées à la police durant l’année de leur perpétration, tandis que 19,8 % l’ont été plus d’un an après avoir été commises, dont 30,1 % de cette proportion plus de vingt ans après les faits.

 

 

Pour obtenir plus de statistiques concernant l’année 2013 ou pour consulter les statistiques des années antérieures, vous pouvez consulter le site du ministère de la Sécurité publique :

 

Ministère de la Sécurité publique du Québec, « Statistique 2013 sur les infractions sexuelles au Québec » (2015), en ligne : securitepublique.gouv.qc.ca ˂http://www.securitepublique.gouv.qc.ca/police/publications-et-statistiques/infractions-sexuelles/2013.html˃.

Qui sont les survivantes?

 

Les Statistiques de 2013 sur les agressions sexuelles au Québec du ministère de la Sécurité publique nous révèlent que, sur les 5,526 infractions sexuelles totales :

 

  • 82,8 % des survivantes étaient de sexe féminin, dont 62,8 % des jeunes filles de moins de 18 ans et 37,2 % des femmes adultes.

 

  • 17,2 % étaient de sexe masculin, dont 83,6 % des jeunes garçons de moins de 18 ans et 16,4 % des hommes adultes.

 

  • 66,4 % des victimes ont moins de 18 ans.

 

  • 9,3 % ont 5 ans et moins; 39,6 % entre 6 et 14 ans; 17,6 % entre 15 et 17 ans; 13,1 % entre 18 et 24 ans et 20,5 % 25 ans ou plus.

 

 

Comment distinguer un agresseur sexuel?

 

 

L’agresseur sexuel est souvent une personne qui connait la victime. L’agresseur est une personne saine d’esprit contrairement à l’idée répandue voulant qu’il soit atteint d’une maladie ou d’une perturbation d’ordre psychologique. Seul responsable de l’agression sexuelle, il profite souvent du lien de confiance et du pouvoir que lui donne sa position d’autorité avec la victime pour l’agresser sexuellement.

 

L’agresseur peut être : un parent, un grand-père, un oncle, un beau-père, un frère, un membre de la famille, un ami, un employeur, un collègue de travail, un conjoint, un client, un professionnel consulté (domaines de la santé, immigration, droit) un professeur ou encore une simple connaissance.

 

 

C.P. 50009 Succ Jarry

Montréal, QC H2P 0A1

Canada

Pour nous joindre